Sentir son corps peut sembler aller de soi

Il n'en est rien

Nos vies contemporaines nous éloignent toujours plus de nos sensations réelles

Et nous finissons par ne plus sentir du tout le corps

Sauf lorsqu'il se rappelle à nous par la douleur


Sentir son corps est pourtant l'élément sine qua non du yoga

Sans cela il n'y a pas de yoga


Serions-nous distraits à ce point : ne plus pouvoir sentir son corps ?

Ou n'est-ce pas plutôt le contraire ?

C'est bien parce que nous ne sentons pas notre corps, que nous sommes distraits

Car lorsque nous sentons pleinement le corps que nous habitons au travers des multiples sensations dont il nous informe, nous ne pouvons plus être distraits

C'est l'essence même du yoga et donc de la méditation

C'est par le corps que nous sommes présents, pleinement présents à chaque instant

Pleinement attentifs, par les sensations ressentis, à tout ce qu'il se passe

Et cela sans effort, sans aucun besoin de se concentrer



Sentir son corps est la seule et unique possibilité de se détourner du mental

Le mental, lui, est par nature distrait, il saute constamment du coq à l'âne

Dans un mouvement continu et incessant, ne supportant pas l'arrêt, vécu alors comme ennui

Et c'est bien parce que nous sommes constamment dans le mental

Et donc distraits en permanence

Que nous n'avons plus accès à notre corps

Le mental n'a pas accès au corps

Seul le corps a accès au corps... par la conscience

Conscience corporelle, sensible et non mental


C'est la raison d'être, dans la pratique méditative, du passage obligé par les sensations

Ces sensations corporelles dont le souffle fait partie

Nous ressentons le souffle par notre corps, tout notre corps

Pour la plupart cela devrait susciter un véritable apprentissage

Encore faudrait-il être convaincu que le souffle se ressent véritablement

Car on ne peut explorer que ce que l'on a vraiment envie de découvrir


C'est le mental et sa distraction permanente qui nous détourne du corps

C'est le corps qui nous rend présents à soi et donc au monde



qu'est-ce que le yoga ?

ni un sport, ni de la gymnastique, ni du fitness, ni du pilâtes

c'est une discipline spirituelle

qui utilise le corps comme voie d'accès à une conscience plus ample et plus profonde

tout ce que l'on pratique en yoga ne vise qu'une seule chose

l'état méditatif, la pratique de la méditation

le mot "yoga" signifie : "union", "unification"

de quoi alors?

du corps et de l'esprit

ainsi que de toutes nos polarités, féminines et masculines, gauche/droite

haut/bas, tonicité et détente, etc...

pour tendre ainsi vers l'équilibre et l'harmonie de tout ce que nous sommes profondément


il y a deux façon d'aborder le yoga

une qui s'en détourne

et l'autre qui ouvre le chemin

vers une véritable expérience de conscience


la première est celle d'une volonté de contrôle qui veut canaliser, maîtriser, "gérer"

l'autre qui est celle de l'expérience du corps et de tout ce qu'il se passe dans ce corps

le physique, le musculaire, l'articulaire, le physiologique, le souffle, etc...

et bien sûr aussi l'émotionnel, les affects, le mental, toute notre vie intérieure

le contrôle est illusoire, il n'est jamais donné

plus on veut contrôler moins on contrôle

et moins on contrôle plus on veut contrôler

c'est un cercle vicieux qui enferme dans une illusion suscitée par la peur

le lâcher prise est la voie

lâcher prise ne veut pas dire laisser-aller

il faut au contraire beaucoup de courage et de confiance pour lâcher prise

et venir à l'écoute de soi

mais c'est alors seulement et véritablement que le yoga commence

La Bhagavad Gita (VI, 2 et 4) nous dit :

"ce qu'on appelle renoncement n'est rien d'autre que le yoga...

un yogi est parvenu au terme de son ascèse lorsqu'il ne s'attache plus ni aux objets des sens ni aux actions..."

Toute crise est une bénédiction, elle nous offre l'opportunité d'apprendre, si nous savons la saisir. Cette crise sanitaire est une bénédiction, "plus rien ne sera comme avant", disait-on.

Une opportunité de retrouver l'essentiel, cet essentiel qui nous unit à la vie,

et de se détourner de l'accessoire, qui nous en sépare.



la Bhagavad Gita est la partie centrale du poème épique Mahabharata

elle est considérée comme une des sources du yoga